Nos actions

Journée d'étude

Design, innovation sociale et vie publique

Strate École de Design

Cette journée d’étude interroge les postures de designers impliqués dans le « vivre ensemble », qu’il s’agisse de politiques publiques, de design social ou pour l’innovation sociale, dans un cadre de commande ou d’action spontanée.

Argument

Pour cette septième journée d’étude organisée par le réseau Design en Recherche, nous proposons d’exposer et de débattre les différentes positions prises par les designers lorsqu’elles.ils s’engagent dans des projets dits d’innovation sociale, ou lors d’interventions volontaires dans la vie publique. Si ce type de démarche n’est pas nouvelle, de nombreux.ses praticien.nes du design ayant revendiqué leur participation à la vie publique depuis le début du XXe siècle (l’exemple le plus frappant étant probablement le Bauhaus), force est de constater qu’elles sont désormais organisées et que le design a été identifié comme un outil déployable dans les organisations impliquées dans les politiques publiques. En effet, des designers ont rejoint divers groupes de travail ou organisations pour intervenir sur les enquêtes, la médiation, les formes de débat… Justifiant ces approches par une nécessité pour le design de chercher à maintenir ou renforcer “l’habitabilité du monde” (Findeli, 2010), on peut cependant interroger cette affirmation : les designers peuvent-ils.elles “changer le monde” ? Le devraient-ils.elles ? Qui est à même de négocier l’échelle de leur intervention ? De la contredire ? Quelles pratiques de design peuvent être transférées, à qui, et est-ce souhaitable ? Quels sont les enjeux politiques de ces interventions de design ?

Résumé de la journée

La journée d’étude Design, innovation sociale et vie publique souhaitait interroger les postures de designers impliqués dans le « vivre ensemble », qu’il s’agisse de politiques publiques, de design social ou pour l’innovation sociale, dans un cadre de commande ou d’action spontanée. Une large participation nous a démontré l’intérêt que les communautés de recherche ET de pratique portent aux discours éthiques de designers.

Le matin, sept intervenants ont partagé éléments théoriques, points de vue et retours d’expériences.

Maxime Bello a étudié d’un point de vue sociologique les discours éthiques de designers. Yann Aucompte a retracé une généalogie des engagements sociaux du graphisme. Puis, Coline Malivel nous a fait part de son expérience de designer intégrée au sein de l’Administration française ; et l’équipe de la Plateforme Social Design de son initiative pour valoriser les pratiques de design social. Quant à Gwenaëlle Bertrand & Maxime Favard, ils défendent que les pratiques fictionnelles sont une voie pour l’innovation sociale. Azza Rachi nous a offert un détour vers la Tunisie, où le design s’invite au service du développement de territoires ruraux. Enfin, Jean-Gilles Cahn a élucidé quelques tensions autour des notions de design social et d’innovation sociale, deux échelles qu’il convient de distinguer.

L’après-midi, le travail en atelier à partir d’exemples s’est orienté vers des problématiques plus concrètes. Avant de se demander si et comment il peut/doit changer le monde, la première responsabilité du designers est de savoir s’y positionner de manière pertinente. Pour pouvoir transformer un contexte, il faut d’abord le comprendre. Cela passe par l’observation et le décryptage outillé des enjeux et des relations dynamiques entre acteurs directs et indirects ; avant, pendant et après le projet de design – car les rétroactions et effets collatéraux sont permanents.

En tant qu’organisatrices de la journée, nous sommes satisfaites que les outils de modélisation proposés aient ainsi focalisé l’attention sur les champs de force dans lesquels évolue le designer. Nous retirons plusieurs pistes d’amélioration pour délinéariser ces outils, et ainsi prendre mieux en compte les interconnexions temporelles et relationnelles.

Merci à tous les participants, en particulier ceux qui ont produit un pad pour suivre le fil rouge de la journée

On peut aussi retrouver des traces sur Twitter #DesignPublic

Comité d'organisation

  • Emeline Brulé
  • Estelle Berger

Soutiens

Cette journée bénéficie du soutien financier du Campus Condorcet.

Publié le Sep 15, 2016