Nos actions

Soutenance de thèse

LA FORCE DU SIGNE FAIBLE - Rôle des « médias » pour l’intégration du design au sein des organisations : une contribution sémio-pragmatique de la médiation par et au design.

, 9h

Strate, école de design

Soutenance de Thèse de Dorian Reunkrilerk, en Sciences de l'information et de la Communication, spécialité Design

Cadre de la recherche :

Thèse CIFRE entre : OTIS, Télécom Paris (IP Paris) et Exalt Design Lab (Strate Research)

Titre : La force du signe faible. Rôle des « médias » pour l’intégration du design au sein des organisations : une contribution sémio-pragmatique de la médiation par et au design.

Résumé de thèse (rédigée en Français) :

Le développement des organisations se réalise aujourd’hui par un recours intensif au projet innovant. Dans ce contexte, le design thinking a largement été déployé en fournissant des méthodes réplicables qui guident les activités d’innovation. Mais une partie de la littérature souligne que ces méthodes sous-estiment la nécessité d’une démarche située pour ancrer les pratiques de design dans les organisations. Cette thèse vise à comprendre les conditions favorisant une intégration située du design dans les organisations.

A la croisée des sciences du Design et les sciences de l’Information et de la Communication, il apparaît que le concept de médiation peut nous aider à comprendre l’intégration du design en particulier en considérant les « médias » comme la possibilité matérielle, sensible, et symbolique d’ouvrir à des transformations. Cette recherche a été réalisée au sein d’un centre R&D de l’industrie de la métallurgie, caractérisé par un environnement de conception réglée propre à l’activité d’ingénierie. Deux séries d’expérimentations autour de la création de médias destinés à approcher de nouvelles façons de concevoir ont été menées.

Au terme de cette immersion, nous proposons une approche basée sur la notion de « signe faible », consistant à identifier ce qui, au sein d’une organisation fondée sur la conception réglée, peut donner lieu à des pratiques de design. Il ne s’agit alors pas d’opposer les pratiques mais de comprendre comment elles peuvent se compléter. Afin de détailler cette notion, nous présentons les trois étapes dans le traitement d’un signe faible : l’identification (à partir du concept de factitivité), l’augmentation (à partir du concept de traductibilité) et l’appropriation (à partir du concept de tact). La thèse propose trois contributions principales. D’abord, notre approche sémio-pragmatique affirme que le potentiel de transformation d’une organisation réside déjà au sein de son infrastructure et qu’il correspond à des signes faibles d’une pratique de design. Ensuite, elle enrichit l’approche centrée « média » du design en contribuant à définir cette activité à partir des médias et des médiations qui la constituent. Enfin, elle permet d’ouvrir une réflexion sur le rôle de la médiation dans l’acte de design qui ferait tenir ce dernier « au milieu », dans l’émergence d’une médiation favorisant un rapport inventif au système de classifications d’un praticien.

Direction de thèse : Annie Gentès (PR) et Estelle Berger (PhD).

Membres du jury :

- Sophie Hooge, Professeure, MINES ParisTech (CGS - i3 UMR CNRS 9217).

- Pierre Lévy, Professeur, CNAM (EPN16), titulaire de la chaire de Design Jean Prouvé.

- Fabienne Martin-Juchat, Professeure des universités, Université Grenoble Alpes (GRESEC - EA 608).

Le manuscrit sera bientôt accessible

Publié le Apr 22, 2022